Ainsi de nous ... de Pierre Verdet

jeudi 28 janvier 2010
par  Michele

Étant d’humeur badine ce jour et ayant à l’esprit les peintures de notre ami Jicé (surtout celle des bouquets de fleurs), je me suis laissé aller en écrivant un poème ...

 

Ainsi de nous ....

 

Si tu croises sur ton chemin,

Le tournesol, la marguerite

Ne les froisse pas dans tes mains

Pour satisfaire à un vieux rite

Car leur douleur n’a pas de cri.

 


 

 


 

Aime-les d’un amour entier

Sans partage, et leur corolle

Sera un temple familier

Car s’il leur manque la parole

Leur silence n’a pas de prix,

 

Leur éclat n’a pas de limite

À l’amour dont tu les nourris.

Le tournesol, la marguerite

S’ouvrent à ceux qui les méritent

Et se fanent d’être incompris


Dépêche-toi, prends les chemins

Où le tournesol t’y invite.

Ainsi de nous…pauvres humains

L’amour est inscrit dans nos mains

Et se lit dans la marguerite.

 

Pierre Verdet

 

 

 


Commentaires

Annonces

MAI JUIN 2019

Po’ART & Les Ateliers Sinople
127 av. de la Gare – 84210 Pernes les Fontaines
Tel. 06 64 70 00 47 /04 90 40 01 71

Le Jeudi 23 mai 2019

Une SORTIE « Jean DUBUFFET au MUCEM »
Et « de la TABLE au TABLEAU au Musée Regards de Provence »)


LeVendredi 24 Mai 2019 à 18h

Coralie Bernard vous présentera une conférence sur

« Francis BACON » (1909-1992)

« Il est fréquent que la tension soit complètement changée rien que de la façon dont va un coup de pinceau. Il engendre une forme autre que la forme que vous êtes en train de faire, voilà pourquoi les tableaux seront toujours des échecs soumis au hasard et à la chance, à l’accident, à l’inconscient. Il s’agit alors de l’accepter ou de le refuser.
Une nouvelle vérité, insoutenable, surgit : nous sommes libres …
 »
Francis BACON


Claude Lapeyre a entretenue une longue amitié avec René Char. Pierre Verdet qui les a connus tous les deux nous fera revivre cette amitié partagée.

Retenez votre soirée du 7 juin 2019, 20h15 à la Médiahèque municipale de Pernes


Brèves

A propos de ...

lundi 6 décembre 2010

 

A propos de nos tableaux à plusieurs mains.

COBRA singulier-pluriel : ce livre de 98 m’a sauté en main. J’y ai découvert qu’à la création du groupe en 48, les poètes, peintres, philosophes qui l’intègrent se mettent à écrire et peindre sur les mêmes supports, à deux ou trois, ensembles.

Des « peintures-mots »comme dit Christian Dotremont le fondateur.

Et Pierre Descargues dans la préface de l’ouvrage précise :

 « c’est pour bien marquer que la création est un partage que dès la fondation de COBRA il y eu abondance d’œuvres collectives. »

Je pense qu’il y a eu avant ou après, voisines en esprit, de telles actions, sans doute. Mais je sens que nous avons attrapé le témoin d’une course toujours vivante.

Jicé