ARTHUR RIMBAUD l’éternité d’une icône

lundi 2 avril 2012
par  Michele

Évoquer Arthur Rimbaud, c’est se remémorer-certainement- un moment fort d’un parcours et d’un enseignement poétique mais c’est aussi revisiter
«  l’homme aux semelles de vent » dont l’empreinte indélébile laisse – pour l’éternité- les traces d’une liberté, d’une audace poétiques sans équivalents aujourd’hui et qui font toujours rêver celles et ceux qui se baignent dans son Œuvre.
Pour prolonger ce rêve, ou l’entretenir ! Pierre Verdet a imaginé un fil conducteur original (à découvrir sur place) pour présenter la poésie de Rimbaud, sachant que de son vivant, une seule plaquette fut éditée en 1873 : « Une saison en enfer » et 3 poèmes
C’est ainsi qu’à travers les différentes interprétations de :
Jean-Louis Barrault, Fabrice Lucchini, Léo Ferré, Richard Bohringer, Stéphane Essel etc...,
 et la projection des illustrations du peintre Fernand Léger, de Valentine Hugo, l’œuvre poétique de Rimbaud sera magnifiée dans un partage avec le plus grand nombre.
 

  

 Soirée réalisée et présentée par Pierre Verdet 

à l’espace du Lavoir à Vedène


Commentaires

Annonces

JUIN 2019

Po’ART & Les Ateliers Sinople
127 av. de la Gare – 84210 Pernes les Fontaines
Tel. 06 64 70 00 47 /04 90 40 01 71

Nous vous convions

Le dimanche 16 juin à 11h00

à la Chapelle des Pénitents Blancs

Pernes les Fontaines 248 rue Emile Zola

 
à une Conférence dédicace animée par Marc JOSEPH.
 

  • Marc Joseph,dans un premier temps, nous présentera son odyssée photographique autour du pèlerinage bouddhiste du Kawa Kharpo.  
  • Puis, il nous fera découvrir son livre :  
  • Tous en forme avec la slow attitude, du Pacifique à l’ Himalaya -  (éditions Saint-honoré) « Marc joseph K livre un récit d’une très grande originalité. Il nous emmène du Tibet à Sumatra sur un ton léger et dynamique pour nous inviter à vivre pleinement. Ainsi, il nous enseigne avec humour et passion une manière saine de prendre goût à la dépense d’énergie. Il montre, tout en douceur, comment prendre soin de soi en une initiative aussi physique que mentale. La structure se son œuvre s’émancipe des codes du roman pour un rendu divertissant et rafraichissant ! »  

Bien cordialement,
 Jean Olaru